Retrouveras-tu          la frêle

langoureuse indécision

de ces matins           emplis

de prometteuses    hypothétiques lueurs

 

qui te firent avancer         Alerte

vers ce pays

où nul         n'échappe

vivant.

 

Toutes têtes hautes - Éditions Henry

 

Crois en tes rêves
mais n'en parles à personne

 

Suis en silence ton chemin
à l'ombre de l'espoir
à l'écart des foules

 

Et va sur ce sentier
où est tracé ton nom
en lettres éphémères

Comment dire cette couleur

ce blanc ce clair

ce nuancier laiteux

 

Comme en ces tableaux

de maîtres hollandais

où des nuages luttent

contre des éclaircies

s’opposent à cette blancheur

teintée imperceptiblement d’ocre

léger de jaunes à peine

déposé et mêlé à ce blanc

quand ce ciel adoucit

la lumière déclinante du jour

 

Et on pense alors

comme absorbé en elle

que cette couleur de ciel

filtrée par les branchages

recèle du monde

tout ce que nous ignorons

Tout repose

L’immaculé du sol

L’arbre dressé sur sa terre

et la neige

dans le caprice du froid

 

Le silence se pose en toi

comme un oiseau

allégé de ses ailes

 

 

Et de ce calme blanc

qui t’inonde

surgit cette rencontre

avec l’immensité du monde

 

                                                 À Franck Venaille

 

 

Transport

 

Tu reposes le livre

empli de ce langage

que l’on nomme poésie

 

Le poète en découpe les rives

en territoires étendus

aux antipodes parfois

de leurs propres limites

 

Tout en pérégrinations du lecteur amoureux

tu es ce passager précaire

qui palpite

et cherche dans l’écriture

cette diversité de la langue

Pour éveiller en toi

ce rêve épuisé

tôt dans le matin

trop vite

 

Et le ciel te recouvre

de son bleu contrarié

de cirrus épars

écartelés entre deux horizons

qui t’emportent

dans le puits des promesses

 

 Le vent les dissémine

dans la tiède fraîcheur

et beaux jours à naître

 

Puis à nouveau le ciel

se recouvre d’autres bleus

et de blancs différents

comme une délicatesse

 

Celle de me laisser rêver à nouveau

un possible sur la carte du ciel

qui se métamorphose

sans cesse entre ses continents 

de nuages qui passent

 

la poésie

tel un ciel d’écriture

que le vent du désir

ordonne sur la page

 

14 05 2012

Pour acheter le livre:

- Sur le site de l'éditeur suivre le lien "Dans la traversée du visage"

10 € + frais d'envoi

 

m'envoyer un message. 10 € + 1,5 € de frais d'envoi

 

- Sur le site de la Fnac


     Les livres

   Photographies


Avec Véronique Arnault lors de la lecture de Métamorphose du chemin à la galerie Bansard. 15/11/2014
Avec Véronique Arnault lors de la lecture de Métamorphose du chemin à la galerie Bansard. 15/11/2014
Lecture Galerie Bansard le 15/11/2014
Lecture Galerie Bansard le 15/11/2014
27 mars 2011 - Chateau de Coubertin
27 mars 2011 - Chateau de Coubertin

 

Lecture dans la réserve - 2 oct 2011 -Lydia Padellec & Hervé Martin
Lecture dans la réserve - 2 oct 2011 -Lydia Padellec & Hervé Martin