Poèmes extraits de "Métamorphose du chemin "

Hervé Martin - Éditions Éclats d'encre.  ©  2014

 

 

Tu voudrais revivre ce moment

 

de l’enfance dans l’été

 

quand le soleil au matin

 

réchauffait déjà les pavés de la cour

 

 

 

Tandis que tu sortais

 

des trois pièces de la maison

 

pour pénétrer l’air tiédi

 

la lumière bienveillante

 

le silence des oiseaux

 

 

 

Et qu’il te semblait alors

 

qu’à peine neuf heures passées

 

le monde t’appartenait

 

 

 

 

 

 

 

À la voix de l’enfant

 

d’autres se mêlent

 

dans l’espace

 

 

 

Lui ne mesure qu’hier

 

turbulence de son corps

 

agité dans le jeu

 

 

 

Mais l’aventure précise

 

dans le labyrinthe d’avenir

 

Impensable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En chemin

 

lorsque tu croises cette odeur de miel

 

et la douceur qu’elle t’inspire

 

ce n’est que quelques pas plus loin

 

qu’elle te contraint à revenir sur le lieu

 

 

 

Comme une découverte

 

à la fois évidente et heureuse

 

lorsque tu crois retrouver ici

 

les troènes de l’enfance

 

 

 

 

 

 

 

Et soudain tu te souviens

 

de cet état ressenti aux premières années

 

lorsque tes yeux portés vers l’Autre

 

dans le flux de paroles et passions

 

 

 

ne voyaient plus de visage

 

mais seulement cette joie

 

qui rayonne d’une vie

 

blottie à l’intérieur de l’être

 

 

 

 

 

 

 

Tu retrouves

 

sur ce chemin de pierre

 

bien plus que la réalité

 

qui surgit des spectres

 

de lumières solaires

 

 

 

Et tes yeux ne voient plus guère

 

les arbres     l’eau     le ciel

 

hachuré du vol des oiseaux

 

mais au plus profond de toi

 

l’ombre

 

de ceux qui t’accompagnent

 

 

 

 

 

 

 

J’entends

 

dans le chant des oiseaux

 

la secrète mélopée

 

 

 

Merles pinsons bergeronnettes

 

et corbeaux     (noirs)

 

 

 

Ils commentent le monde

 

dans leurs vols

 

portés par les nuages

 

la violence des vents

 

 

 

Et crient nos trahisons

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire

 

pour te défendre du monde

 

avec les arbres pour alliés

 

Compagnons bienveillants

 

devant l’hostilité régnante

 

 

 

Puis marcher sur le chemin

 

en trébuchant parfois

 

entre les rais de lumières

 

que filtrent leurs branchages

 

 

 

 

 

 

Tu marches

 

toute acuité des sens

 

au bord de l’eau muette

 

 

 

Laissant errer tes yeux

 

quêter entre eau feuillages et bois

 

les fruits fragiles de la nature

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous ton regard

 

l’étang      à peine

 

se perle de ridules

 

sur la plane étendue

 

 

 

En vaguelettes

 

elles se perdent

 

vers l’infini des bords

 

 

 

Quand les poissons dans le soir

 

semblent boire à la limite de l’air

 

et de l’eau réunis

 

l’oxygène de l’atmosphère terrestre

 

 

 


 

 

 

 

 

Le héron     dans son lent vol

 

amorce     au-dessus de l’étang

 

une trajectoire oblique

 

que supportent des ailes

 

en arc déployées

 

 

 

Avant     que près des joncs     posé

 

il ne plonge ses instincts carnassiers

 

dans le trouble de l'eau


 

 

 

Poèmes extraits de "Métamorphose du chemin "- Hervé Martin - Éditions Éclats d'encre.  ©  2014

 

 

 

 

 

 

 

Pour acheter le livre:

- Sur le site de l'éditeur suivre le lien "Dans la traversée du visage"

10 € + frais d'envoi

 

m'envoyer un message. 10 € + 1,5 € de frais d'envoi

 

- Sur le site de la Fnac


     Les livres

   Photographies


Avec Véronique Arnault lors de la lecture de Métamorphose du chemin à la galerie Bansard. 15/11/2014
Avec Véronique Arnault lors de la lecture de Métamorphose du chemin à la galerie Bansard. 15/11/2014
Lecture Galerie Bansard le 15/11/2014
Lecture Galerie Bansard le 15/11/2014
27 mars 2011 - Chateau de Coubertin
27 mars 2011 - Chateau de Coubertin

 

Lecture dans la réserve - 2 oct 2011 -Lydia Padellec & Hervé Martin
Lecture dans la réserve - 2 oct 2011 -Lydia Padellec & Hervé Martin