Une forme de corps

 

En des mouvements intérieurs.

 

Au cours de l’été dernier j’ai assisté à un spectacle de flamenco animé par la formation d’une école de danse de Marseille. À maintes reprises je fus touché par des séquences, précises et ténues, de ce spectacle. Que ce soit dans le chant flamenco, la danse ou la musique des guitaristes, j’étais fébrilement emporté par ces - séquences - qui entraient en ruptures avec un déroulement du spectacle qui aurait pu apparaître plus traditionnel dans son expression artistique.

Survenaient alors sous mes yeux, des cassures de mouvements, des brisures de la ligne courbe du corps, des inclinaisons – imprévues (?) - du visage, des bras, de la main ou des doigts… Comme s’appréciaient à l’oreille des éraillements de la voix dans le chant ou des modulations vocales inouïes.

À ces instants, fugaces, la présence du corps imprégnait l’art du flamenco. Et me transportait.

Cette présence du corps dans l'art me paraît être ce qui distingue l'existence du singulier en l’émergence de son talent d’un accomplissement artistique simplement académique. Cette présence du corps en ces distorsions de mouvements, ces éraillements de la voix des chanteurs, élevait ce spectacle flamenco à l’œuvre d’art.

Ces mouvements intérieurs qui inclinent le mouvement physique et créent le geste de l'artiste.

 

La singularité du geste

 

L’apprentissage d’un art passe par un travail académique. Mais l’expression d’un artiste, fut-il poète, peintre, musicien...se doit de le dépasser dans l’appropriation qu’il en fait. Il modifie ainsi cette - charpente-mémoire - de l’art qui se transmet dans le patrimoine de l’humanité.

Une œuvre d’art n’est pas la représentation d’une réalité, nous le savons. Elle est une ré-interprétation du monde, la ré-appropriation d’un espace vital pour l'être. Dans le flamenco le corps est présent dans ces distorsions, ces gestes , ces-possibles-du-mouvement  et dans ces altérations, justes, du chant dans la voix. Et loin de brouiller l’expression de l’artiste, elles sont de l’art la quintessence. Elles le nourrissent, l’enrichissent, l’élèvent et avec lui l’être humain dans sa condition de mortel. Ces distorsions sont présence du corps dans l’œuvre d’art. Cette présence matérialise sous mon regard la forme. La forme comme le corps. Une revendication de l’existence au monde, la singularité du geste de l’artiste, la forme donnée en l’art.

 

Je crois qu’en poésie la forme du poème, qu’elle s’inscrive dans la vision qu’elle nous donne sur la page ou dans la prosodie qui court dans ses vers et vibre dans l’air à leur musicalité, est présence du corps dans l’écriture.

 

Pour acheter le livre:

- Sur le site de l'éditeur suivre le lien "Dans la traversée du visage"

10 € + frais d'envoi

 

m'envoyer un message. 10 € + 1,5 € de frais d'envoi

 

- Sur le site de la Fnac


     Les livres

   Photographies


Avec Véronique Arnault lors de la lecture de Métamorphose du chemin à la galerie Bansard. 15/11/2014
Avec Véronique Arnault lors de la lecture de Métamorphose du chemin à la galerie Bansard. 15/11/2014
Lecture Galerie Bansard le 15/11/2014
Lecture Galerie Bansard le 15/11/2014
27 mars 2011 - Chateau de Coubertin
27 mars 2011 - Chateau de Coubertin

 

Lecture dans la réserve - 2 oct 2011 -Lydia Padellec & Hervé Martin
Lecture dans la réserve - 2 oct 2011 -Lydia Padellec & Hervé Martin